Au service de l’innovation et de l’industrie genevoise

Comment la blockchain va bouleverser votre vie quotidienne

Au-delà de l’effet de mode et des cryptomonnaies, cette technologie revêt un vrai intérêt. Elle concerne même les entreprises les plus traditionnelles et pourrait révolutionner tous les secteurs. Les potentialités sont énormes, les zones floues aussi. Décryptage et exemples.

PME Magazine | Mercredi 27 juin 2018 | ParAline Yazgi

Zones industrielles: construire au bon endroit

Pour mettre en œuvre la mixité et accompagner la densification de certaines zones industrielles, la Fondation pour les terrains industriels (FTI) à Genève est en train de créer un marché des droits à bâtir dont les transactions seront enregistrées dans la blockchain, et ce avec le soutien de la fintech WeCan.Fund. Ce concept totalement nouveau permettra «de fabriquer des quartiers d’activités mieux pensés, tout en rendant leur réalisation transparente», assure le directeur de la FTI, Yves Cretegny.

Comment? Selon les projets qu’ils souhaitent développer, les propriétaires de parcelles peuvent vendre ou acheter les droits à bâtir en fonction de leurs besoins. Ils peuvent se les échanger ou les vendre, tel un «Tetris immobilier», et tout passe par le registre blockchain de manière inaltérable, transparente et peu coûteuse. L’Etat donne ensuite l’autorisation de construire, ce qui verrouille les transactions. Il faut relever que les notaires auront un rôle nettement plus modeste, mais seront toujours nécessaires pour l’identification des personnes.

Cette transparence est importante pour la FTI: «Nous sommes également propriétaires de parcelles et nous pourrons potentiellement prendre part aux transactions. Le fait d’avoir un registre totalement ouvert et transparent permettra d’assurer aux autres acteurs que nous n’abusons pas de notre double fonction, à savoir celle de propriétaire foncier et celle de responsable public de la tenue du registre.» Ce dernier point est d’ailleurs essentiel, car la blockchain permet de résoudre cette problématique bien connue: prouver que l’on peut simultanément servir l’intérêt collectif et son propre intérêt.

Voir l’intégralité de l’article