Au service de l’innovation et de l’industrie genevoise

Rapport d’activités et résultats financiers 2018

En 2018, la FTI a poursuivi son rôle de facilitateur économique, d’animateur de l’écosystème industriel et d’opérateur urbain, au service des entreprises

A fin 2018, les zones industrielles (PAV inclus) comptent 845 ha, dont 286 en propriété publique. Elles accueillent quelque 5500 établissements pour 69’000 postes de travail. Plus de 540 activités distinctes sont pratiquées dans ces périmètres, produisant 15% du PIB cantonal.

La fondation a poursuivi le processus de création et de transformation de zones industrielles et artisanales en écoParcs industriels. Ce processus participatif regroupe l’ensemble des acteurs du développement industriel et économique – entreprises, canton, usagers et communes – et vise à créer les meilleures conditions possibles de coopération entre ceux-ci en vue de réinventer les espaces, d’encourager la collaboration entre les entreprises, de créer des synergies avec les utilisateurs afin de changer les modes de gouvernance. En dépassant l’approche foncière et l’aménagement, la FTI devient ainsi l’opérateur urbain public de référence pour animer et détecter les opportunités de collaboration entre les acteurs concernés, tout en menant une politique artisanale et industrielle orientée vers le développement durable du canton et du tissu industriel genevois.

Dans ce sens, la FTI a mis en œuvre un système de monitoring visant à évaluer la performance des écoParcs industriels sous l’angle de quatre axes stratégiques. Ses objectifs sont:

  • assurer l’intégration de la zone d’activités avec son environnement direct;
  • renforcer la performance durable (économique, sociale et environnementale);
  • favoriser la mixité des activités et leurs interactions;
  • favoriser les relations de service entre les entreprises, mais également entre la zone et les entreprises ou les communes.

Ces données sont désormais réunies sur une plateforme web destinée aux membres de chaque commission écoParc. Elles concernent dix écoParcs et couvrent la période 2010-2017: ce corpus devrait apporter un recul suffisant pour analyser leur évolution. Au 31 décembre 2018, 72% des indicateurs étaient renseignés.

Du point de vue énergétique, propriétaire du bâtiment qui abrite Kugler Bimetal SA au cœur de la zone industrielle du Lignon, la FTI y a inauguré en septembre 2018 une installation photovoltaïque de 1500 m2. Dotée de 830 panneaux, sa production annuelle est de 300’000 kWh. L’installation démontre la faisabilité d’un modèle répondant simultanément à des critères environnementaux et économiques: l’électricité produite sera revendue par la FTI à Kugler Bimetal à un prix en phase avec les tarifs usuels. Le cas échéant, le surplus de production pourra être réinjecté dans le réseau. Son financement (350’000 francs) a été intégralement assumé par la FTI. Il s’agit de la première mise en œuvre du modèle énergétique en autoconsommation que la FTI entend désormais répliquer dans le cadre du développement des écoParcs, dans lesquels la fondation cherche à valoriser ses biens en partenariat avec ses locataires.

En matière d’innovation, la FTI a créé un registre des droits à bâtir basé sur la blockchain. Il a pour but de favoriser la mixité et la densification des quartiers industriels en facilitant les transactions immobilières. Ainsi, tout propriétaire pourra utiliser cette plateforme ouverte pour faciliter la vente, l’achat voire l’échange de droits à bâtir. Chaque transaction et chaque modification du registre sera saisie dans la blockchain de manière incorruptible et transparente, créant ainsi un tiers de confiance virtuel qui devrait permettre à terme d’établir des contrats intelligents (smart contracts). Simultanément, ce registre constituera un outil de contrôle du développement territorial. Sa mise en œuvre est prévue courant 2019.

Pour ce qui est de la planification territoriale, trois plans directeurs de zone industrielle et artisanale (PDZIA) sont entrés en force en 2018, fixant ou adaptant les conditions d’aménagement des secteurs concernés:

 


États financiers 2018

Ils présentent pour l’année 2018 un bénéfice net de l’exercice de 13,1 millions de francs, dont 5 millions sont versés à l’Etat de Genève, conformément à la convention d’objectifs, signée en novembre 2015 avec le Conseil d’Etat.

Le bilan est porté à 613,8 millions de francs. Les acquisitions 2018 ont été entièrement autofinancées. Au 31 décembre 2018, la FTI respectait en outre le ratio maximal d’endettement, tel que défini dans la convention d’objectifs.


Consulter le Rapport d’Activités 2018 :