Au service de l’innovation et de l’industrie genevoise

Résultats de l’atelier genie.ch sur la logistique urbaine

Le 2e atelier du réseau Genie.ch s’est tenu le 22 mai 2017 à la CCIG sur le thème « LOGISTIQUE URBAINE A GENEVE : DIALOGUE AVEC LES ENTREPRISES » avec plus de 30 participants issus des entreprises et de l’administration.

Cette rencontre marque la première étape d’une dynamique de dialogue appelée à se concrétiser dans le « plan d’action marchandises et logistique urbaine » qui sera élaboré par la Direction Générale des Transports.

Principaux éléments de synthèse de l’atelier

  • Jusqu’à présent, le transport professionnel de marchandises est le parent pauvre de la politique de mobilité.
  • Le secteur de la messagerie et du transport de marchandises est impacté par la transformation des habitudes de consommation et de gestion de la supply chain ainsi que par les difficultés d’accessibilité du centre-ville.
  • Pour répondre à ces enjeux, la DGT veut élaborer, en partenariat avec les milieux professionnels, un plan d’action marchandises et logistique urbaine couvrant la période 2019-2023.
  • Au niveau de la planification, il s’agit notamment de prévoir des plateformes logistiques connectées au rail, de prévoir l’armature logistique en hiérarchisant la supply chain, de réserver du foncier à un prix acceptable pour les activités logistiques et de localiser les entreprises en fonction de leur besoin en infrastructure (think smart immobilier et logistique).
  • Sur le plan règlementaire, une réflexion peut être menée sur les horaires de livraison, les priorités de circulation et de stationnement, la régulation de la profession (« label », zonage ?) et la verbalisation des abus.
  • Sur le plan technologique, il s’agit de favoriser le recours à des véhicules plus propres (p.ex. électriques) et le développement de solutions de livraisons par drones ou robots.
  • De nouveaux modèles économiques de mutualisation doivent être développés : partenariats public-privé pour le montage de plateformes logistiques et de centres de stockages déportés (modèle Oxipio), « show room » (boutiques pour voir et tester, marchandise stockée ailleurs et livrée ensuite).
  • Les différents types de marchandises présentent des potentiels de mutualisation différents : p.ex. la messagerie « colis » plus flexible que produits alimentaires locaux avec chaine de froid.
  • Tous les acteurs souhaitent développer des solutions concrètes pour Genève en innovant et en s’inspirant également d’exemples qui marchent ailleurs.

 

Compte-rendu complet de l’atelier